Les Artistes accompagnés

Je souhaiterais ici poser un principe d'action, de parcours et d'accompagnement. Il faut apporter aux artistes un soutien personnalisé et non identique pour tous. Nous devrons évaluer correctement les niveaux de structuration des équipes et des projets, afin de les accompagner au plus juste de leurs besoins.
Galin Stoev


L'INCUBATEUR CRÉATIF : DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT DU TNT POUR LES ÉQUIPES ARTISTIQUES

Aujourd'hui, un Centre dramatique national se doit d'apporter aux artistes un soutien sur mesure, tant sur les moyens humains, financiers que techniques. Sur les quatre prochaines années, nous nous impliquerons auprès de plusieurs artistes pour comprendre leurs projets, attentes et ambitions, afin de les accompagner au plus près de leurs besoins : production déléguée, coproduction, résidence, collaboration artistique, administration, promotion et diffusion.
Notre envie pour ces accompagnements personnalisés est qu'en fin de mandat, tous aient progressé artistiquement et structurellement.
Le choix des équipes accompagnées s'élaborera avant tout sur un critère artistique auquel s'ajouteront trois autres données : géographique, économique et structurelle.
Les trois types d'accompagnements - humain, technique et financier - seront évalués et choisis en fonction des besoins propres à chacune des équipes.
Outre les résidences dans les différents espaces de travail du TNT, les compagnies pourront bénéficier d'apports en industrie via les ateliers décors, accessoires et costumes du TNT. Ces ateliers ont une maîtrise parfaite des métiers et savoir-faire spécifiques aux arts de la scène qu'il est important de valoriser. Les compétences des différents membres de l'équipe du TNT seront également mises à la disposition des équipes tout au long de ce compagnonnage.
Dès l'année 2018, nous inaugurerons l'InCUBateur créatif avec trois équipes accompagnées : Marie Rémond - le bureau Formart, Maëlle Poésy - compagnie Crossroad et Christophe Bergon - compagnie lato sensu museum.
D'autres équipes les rejoindront ou prendront le relai d'ici la fin de ce mandat de quatre ans.

 

MAëlle poésy

Compagnie Crossroad

Galin Stoev connaît Maëlle Poésy depuis ses débuts et a aussi travaillé avec elle en tant que comédienne, lors de plusieurs stages de pratique professionnelle.
Il apprécie chez Maëlle son ouverture internationale, ses multiples casquettes (comédienne, metteuse en scène, danseuse) et sa curiosité aussi grande pour le théâtre de texte que pour d'autres formes dramatiques.

Dès l'enfance, Maëlle Poésy monte sur scène dans les spectacles de son père, fondateur du Théâtre du Sable. Formée ensuite au Conservatoire de Paris et à la Sorbonne, elle complète son apprentissage en multipliant les master-classes de danse contemporaine. En 2007, elle est reçue au Théâtre national de Strasbourg ; dès 2008, avec une partie de sa promotion, elle monte Funérailles d'hiver d'Hanokh Levin. Depuis, elle multiplie les créations au sein de la compagnie Crossroad (Purgatoire à Ingolstadt de Marieluise Fleisser, Candide, Si c'est ça le meilleur des mondes… d'après Voltaire, L'Ours et Le Chant du Cygne d'Anton Tchekhov à la Comédie-Française) et jette les bases de son « théâtre de la confrontation » fascinée par le mouvement, véritable « fabrique de rythme » qui questionne la société, ses composants individuels, ses ressorts collectifs. Son dernier spectacle, Ceux qui errent ne se trompent pas, d'après La Lucidité de José Saramago, adapté au théâtre par Kevin Keiss, a été joué notamment au Festival d'Avignon en 2016. En juin 2016, Maëlle Poésy est récompensée du prix Jean-Jacques Lerrant de la révélation théâtrale de l'année 2016, décerné par l'Association Professionnelle de la Critique de Théâtre, de Musique et de Danse.

Marie Rémond

Bureau ForMart

Galin Stoev est touché par le travail de Marie Rémond, très contemporain dans la forme, tout en étant très loin des outrances de certaines propositions actuelles. Elle porte un regard bienveillant et intime sur l'humain, à l'opposé d'une pratique souvent nihiliste.

Marie Rémond est comédienne et metteur en scène de théâtre. Elle commence sa formation théâtrale dans la classe libre du Cours Florent sous la direction de Stéphane Auvray-Nauroy, Michel Fau et Christophe Garcia. Elle intègre ensuite la section Jeu du TNS (Théâtre National de Strasbourg) en 2004 et travaille avec entre autres L. Roy, C. Rauk, Y.-J. Collin, J.-C. Sais, A. Françon et S. Braunschweig. Elle joue cette saison dans Soudain l'été dernier de Tennessee Williams, monté par Stéphane Braunschweig à l'Odéon - Théâtre de l'Europe. Son dernier spectacle en tant que metteur en scène, Comme une pierre qui… sur l'œuvre de Bob Dylan, créé au Studio-Théâtre de la Comédie-Française avec Sébastien Pouderoux est en tournée et s'est joué à Toulouse au Théâtre Sorano en mars 2017.

En 2011, elle joue André à partir de l'histoire d'André Agassi, un spectacle créé avec Sébastien Pouderoux et Clément Bresson (présenté cette saison au TNT). En septembre 2013, elle crée et joue Vers Wanda, un spectacle autour de Barbara Loden, avec la même équipe. Son prochain projet concerne l'adaptation de la nouvelle de Jane Bowles, Camp Cataract. Elle propose également au Théâtre du Vieux Colombier un spectacle autour du Voyage de G. Mastorna, un scénario de Federico Fellini qu'il n'a jamais réalisé. En 2015, Marie Rémond reçoit le Molière de la révélation féminine pour son rôle-titre dans la pièce Yvonne, Princesse de Bourgogne, mise en scène par Jacques Vincey.

CHRistophe bergon

lato sensu museum

Formé à la danse contemporaine et au théâtre, il poursuit un parcours d'interprète dans ces deux disciplines jusqu'au début des années 2000.
En 2002, il cofonde, avec la chorégraphe Manuela Agnesini et le dramaturge Enrico Clarelli, le label de formes scéniques lato sensu museum, dont il est aujourd'hui le directeur artistique.
Artiste pluriel - metteur en scène, scénographe, light designer et vidéaste, ses recherches et son intérêt pour tout ce qui touche aux formes contemporaines - littérature, musique, arts plastiques - l'amène vers la création de formes scéniques où l'hybridation des pratiques lui permettent d'affiner un langage singulier qu'il inscrit aussi bien dans le champs scénique que plastique. Il revendique alors un nomadisme artistique dans son travail et ses nombreuses collaborations. Dès 2003, il travaille du côté de la musique contemporaine, qu'il s'agisse de théâtre musical, oratorios, performances ou installations, qu'il met en scène et/ou scénographie.
Parallèlement, il bâti sa pratique de metteur en scène de théâtre qu'il oriente vers un « théâtre de la sensation » construit en étroite complicité avec des auteurs issus du monde littéraire. En 2007, à l'occasion de la création de O.R.A.T.O.R.I.O. (Théâtre Garonne) d'après Slogans de Maria Soudaïeva, il rencontre l'écrivain Antoine Volodine qui en est le traducteur et le dépositaire. C'est le début d'un parcours scénique ancré dans l'œuvre de Volodine et son univers post-exotique. En 2011, il découvre l'écriture de Camille de Toledo. À partir de son livre Archimondain Jolipunk (Éditions Calmann-Levy, 2002) il crée, avec Manuela Agnesini et Enrico Clarelli, Remake(s). C’est le début de leur collaboration. En 2014, il crée Siècle(s) (Festival In Extrémis, Théâtre Garonne) à partir de L’inquiétude d’être au monde (Éditions Verdier / Chaoïd, 2012). En 2016, il met en scène Sur une île, projet fictionnel inspiré d’un fait réel, la tragédie d’Utøya en Norvège. La pièce est une commande d’écriture à l’auteur Camille de Toledo.